Historiquement, le varroa est assez récent et est arrivé dans les années 80 en Europe. Il est aussi mal connu du grand public et jusqu'à récemment, on avait peu de données scientifiques sur ce parasite.

La dynamique de ce parasite est souvent méconnue par les apiculteurs. Pourtant un outil récent, le VP/100ab permet de rendre compte assez précisément du niveau d'infestation de la colonie par le parasite.

Le suivi de l'infestation du parasite dans la colonie est un paramètre important afin de prendre une bonne décision en temps voulu.

Un article qui concerne la description du varroa et la mesurer son infestation dans la ruche est indispensable pour vous. 


Qu'est ce que le varroa? 

Anciennement, l'accarien varroa acobsoni était un accarien vivant en équilibre en Asie du sud est avec l'abeille local Apis Cerrana. Le parasite parvenait à survivre au détriment de son hôte mais celui-ci contrôlait sa prolifération en s'épouillant. 

Puis lorsque l'abeille domestique a été introduite en Asie, l'accarien aurait muté à la fin du 20ème siècle pour s'adapter à son hôte et devenir varroa destructor.

Apis mellifera n'est pas en mesure de s'épouiller comme sa cousine asiatique et est incapable de réguler la population de varroa qui se multiplie exponentiellement jusqu'à l'effondrement de la colonie. 

Comment se nourrit-il?

L'accarien perfore la carapace de l'abeille pour se nourrir de ses tissus adipeux et donner lieu à un foyer infectieux qui donne lieu à une maladie : la varroose. Les conséquences sont nombreuses mais en majeure partie elles sont l'atrophie des nymphes ou des larves mortes avant l'éclosion. 

Les butineuses perdent aussi parfois leur sens de l'orientation et se trompent de ruche en augmentant l'infestation des autres ruches. Une forte infestation peut aussi diminuer le phénomène de supersédure (changement de reine) ou la fertilité des faux-bourdons.

Comment se repoduit-il?

Le varroa se multiplie uniquement à l'intérieur du couvain operculé. 

Et il a même une préférence pour les cellules de couvain mâle puisqu'on estime que 3 varroas femelles sur 4 préfèreront investir un cellules de couvain mâle qu'une cellule de couvain d'ouvrière pour s'y reproduire.

Pourquoi?

Car le couvain mâle met 24 jours à éclore contre 21 jours pour le couvain d'ouvrières. Cela donne  un avantage significatif pour la multiplication du varroa qui a lieu en plusieurs cycles à l'intérieur du couvain. 

Comment se déroule la reproduction?

Lorsque la cellule de couvain est operculée 6 jours sous forme de larve, l'acarien vient pondre son premier oeuf de mâle après 60h, puis un oeuf de femelles toutes les 30h. Les femelles arrivent à maturité toutes les 7 à 9 jours contre 5 à 7 jours pour les mâles qui pourront s'accoupler plusieurs fois avec leurs soeurs (oui vous m'avez bien lu...).

Voilà pourquoi les cellules de mâles sont préférées, il y a tout simplement de reproduction possible car davantage de varroas femelles sont pondues et arrivent à maturité.

Reproduction du varroas à l'intérieur d'une cellule de couvain 

Comment mesurer la population de varroa


L'outil le plus largement utilisé pour mesurer l'infestation de varroa est le nombre de varroas phorétiques pour 100 abeilles ou VP/100ab. Il a été développé par l'ADA FRANCE (Association pour le  Développement de l'Apiculture en France) qui a mené la plus vaste étude sur la varroa jamais menée en France en recueillant plus de 40000 données sur plus de 11 ans. Pour le consulter, cliquez ici.

En quoi consiste ce test?

Il s'agit de mesurer le nombre de varroas phorétiques dans la ruche par un test simple et robuste avec un gobelet et du sucre glace. 

Un échantillon de 300 abeilles (correspondant à la contenance du gobelet) est prélevé sur les rayons puis les abeilles sont roulées dans du sucre glace pendant 30 secondes, puis laisser le tout reposer 30 secondes supplémentaires, jusqu'à ce que tout les varroas phorétiques se soient détachés.

Ensuite un simple comptage à la main peut être fait. 

gobelet pour comptage varroa

Voilà l'outil principal pour le comptage varroa... Simple et efficace!


Mais attention! Le VP/100ab correspond au nombre de varroas phorétiques que vous compterez divisé par 3 puisque le gobelet contenait 300 abeilles.

Des seuils de nuisibilité à ne surtout pas dépasseront été définis pour mesurer. Il s'agit de 

-1 varroa phorétique en début de saison (avril)

-3 varroas phorétiques avant la miellée d'été (juin) 

-2 varroas phorétiques en fin de saison après traitement (septembre)

Ce sont évidemment de seuils maximums, mais plus vous êtes bas, mieux ça sera pour votre colonie.

Si vous souhaitez voir comment faire le comptage varroa, voici une vidéo intéressante ci-dessous réalisée par des apiculteur de l'ADA AURA.

Très bonne vidéo de l'ADA AURA sur comment faire un comptage varroa 

Que se passe-t-il si vous dépassez le seuils après vos comptages?

En cas de dépassement de ces seuils, sachez que votre colonie est menacée car votre ruche est trop infestée et la dynamique du varroa risque de devenir incontrôlable. 

Alors faire?

La bonne solution est de procéder à un traitement à l'acide oxalique couplé à un arrêt de ponte de 21 jours. 

Après cela, vous devez éliminer l'immense majorité du varroa, soit 98% à 99%.

Même si ce traitement va freiner le développement de votre colonie et va diminuer sa taille suite à l'arrêt de ponte de 21 jours, ce traitement est indispensable pour que le couvain se redéveloppe sainement.

Si vous dépassez ce seuil avant la miellée d'été au mois de juin, sachez que vous devriez sacrifier cette miellée pour pouvoir tout de même faire ce traitement, au risque de laisser le varroa se développer pendant le miellée et qu'il soit ensuite trop tard pour agir.

Conclusion 

La maitrise du varroa est LA compétence qui vous différenciera des autres apiculteurs et pour cela, vous devez maitriser le comptage du varroa.

Si vous négligez ce comptage alors que vous vous trouvez au dessus des seuils de nuisibilité, vous vous exposez à une explosion du varroa dans les semaines qui suivront, et qui mettront votre colonie en danger.

Dès que vous dépassez ces seuils, faites un traitement flash à l'acide oxalique pour stopper la dynamique du parasite, quitte à sacrifier votre récolte, pour pouvoir sauver votre colonie.

Mais sachez que les seuils n'ont pas de raison d'être dépassés si vous avez fait vos traitement correctement. La plupart du temps ces tests sont simplement des tests de contrôle pour vous assurer de l'efficacité de vos tests.


Leave a Reply

Your email address will not be published.